Éditions Seteun
Accueil du site > Volume ! la revue des musiques populaires > 3-2 - Sonorités du hip-hop > Musique et danse hip-hop, des liens étroits à l’épreuve de la professionnalisation

Dossier hip-hop

Musique et danse hip-hop, des liens étroits à l’épreuve de la professionnalisation

Isabelle Kauffmann

Résumé : Le hip-hop est né et s’est for­ma­lisé dans la fête de quar­tier et la boîte de nuit. Ce contexte de pro­duc­tion tou­jours actif génère des liens ténus entre musi­que et danse sur le plan esthé­ti­que et social. Les divi­sions sty­lis­ti­ques cho­ré­gra­phi­ques sont struc­tu­rées musi­ca­le­ment. Cela guide l’appren­tis­sage et les goûts musi­caux des dan­seurs ainsi que leur écoute, qui existe d’abord pour la danse. Le rap­port des dan­seurs à la musi­que est effec­ti­ve­ment marqué par une écoute col­lec­tive liée au rôle du D.J. et des soi­rées, moteur du groupe social hip-hop. La pra­ti­que col­lec­tive de la danse induit par ailleurs une écoute com­mune de la musi­que, et contri­bue à la cohé­sion sty­lis­ti­que et sociale de l’espace cho­ré­gra­phi­que hip-hop. Ces codes spé­ci­fi­ques par­ta­gés sont source d’une cohé­sion accrue quand ils sont des cri­tè­res de dis­tinc­tion dans une joute cho­ré­gra­phi­que. Cette confi­gu­ra­tion est en cours d’ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion dans le champ des com­pé­ti­tions cho­ré­gra­phi­ques hip-hop : les bat­tles. Avec la pro­fes­sion­na­li­sa­tion qui se déve­loppe dans la musi­que et la danse, les rela­tions socia­les au sein du hip-hop et l’orga­ni­sa­tion des grou­pes de dan­seurs est per­tur­bée. Le statut de dan­seur hip-hop se divise en dan­seur d’un côté, cho­ré­gra­phe de l’autre. Il devient par­fois com­po­si­teur de la musi­que des cho­ré­gra­phies qu’il dirige. Il s’ensuit une inno­va­tion musi­cale spé­ci­fi­que à la danse hip-hop de théâ­tre. D’autre part, le dan­seur voit son ancien alter ego pren­dre une place dans une hié­rar­chie nou­velle, qui le situe au second plan. Il se trouve dépos­sédé de sa fonc­tion de créa­teur, spé­ci­fi­que à la danse d’impro­vi­sa­tion carac­té­ris­ti­que du hip-hop. Dans ce contexte de chan­ge­ment, les choix musi­caux sont signi­fi­ca­tifs d’un posi­tion­ne­ment vis-à-vis d’une norme esthé­ti­que, et de l’assi­mi­la­tion plus ou moins grande des traits sty­lis­ti­ques de la danse de battle, danse ama­teur, en cours d’ins­ti­tu­tion­na­li­sa­tion, à la danse de théâ­tre, pro­fes­sion­nelle et ins­ti­tuée.

Lire et télé­char­ger l’arti­cle sur / read and down­load the arti­cle on Revues.org


Thèmes et/ou mots-clés
Danse – 
DJ / DJing – 
battles –