Éditions Seteun

Dossier - Peut-on parler de musique noire ?

Les métamorphoses d’un havane noir et juteux…

Comment la danse tango se fait « argentine »

Christophe Apprill

Résumé : Comme bien d’autres expres­sions, l’his­toire de la danse tango est impré­gnée par l’idée d’une évolution pro­gres­siste à la fois sociale, sexuée et raciale, un triple blan­chi­ment en quel­que sorte, qui s’accom­pa­gne d’une ten­dance contem­po­raine consis­tant à valo­ri­ser ses « ori­gi­nes noires ». On ne peut que s’étonner des tra­vaux qui s’effor­cent de rapa­trier de la négri­tude, alors que l’his­to­rio­gra­phie domi­nante de l’Argentine est domi­née par le blan­chi­ment et que les condi­tions d’actua­li­sa­tion de cette danse de par le monde offrent peu de place aux mino­ri­tés. C’est à la faveur de ces curieux croi­se­ments que sont exa­mi­nées les ques­tions iden­ti­tai­res qui gra­vi­tent autour du tango dansé que l’on dit « argen­tin » dans le contexte de sa mon­dia­li­sa­tion.

Consulter l’arti­cle et télé­char­ger le pdf sur Cairn.info


Thèmes et/ou mots-clés
Identité –